Le slow déo et le no déo : mes alternatives aux déodorants conventionnels

Le slow déo et le no déo : mes alternatives aux déodorants conventionnels

Est-ce utopique?

Se « sentir » belle/beau et bien dans sa peau tout en respectant sa santé, notre belle planète et son porte-monnaie…

On le veut tous!

Passer une journée en toute légèreté sans la mauvaise surprise d’une mauvaise odeur qui s’invite au milieu de la journée, ou pire d’une odeur nauséabonde combo de transpiration et déo mélangés. Et être obligée de transporter un déo dans son sac « en cas d’urgence »…?! WTF

Comment dire stop à tout ça?

Lis un peu la suite…


****

Pourquoi j’ai banni les déodorants conventionnels?

Parce qu’il n’est plus un secret, que l’aluminium contenu dans les déos anti-transpirants, est très mauvais pour ta santé.

⇒ Parce que tu sais très bien, qu’un déo classique est bourré de produits chimiques et de parfums de synthèse, qui sont aussi très mauvais pour ta santé et ne parviennent même pas à masquer les odeurs après une dure journée de labeur.

⇒ Parce que ça me tente pas d’accumuler des tonnes d’emballages de déodorant dans ma vie!

Pourquoi je n’utilise pas la pierre d’alun? Parce que son utilisation est très controversée. On ne sait pas si l’alu qu’elle contient parvient à s’immiscer dans ton corps mais ce dont on est sûr, c’est qu’elle en contient!

À la fin de cet article, je t’explique mon rapport au déodorant et à la transpiration. Tu verras que je pars de loin. Par là, je veux que tu saches qu’on peut tous passer à des alternatives slow. Tu dois le décider!

∇∇∇


Adopter Mon slow déo : le bicarbonate de soude

Note que j’applique sur ma peau exclusivement des produits comestibles. 

La peau est la couche protectrice qui se connecte à la muqueuse : la “peau interne ». Cette dernière laisse autant passer du milieu extérieur au milieu intérieur que l’inverse. On peut donc dire que ce qu’on se met sur la peau littéralement, on le mange

Béa Johnson, dans son livre  « zéro déchet 100 astuces pour alléger sa vie », nous dit qu’elle aussi s’applique comme cosmétique exclusivement ce qui est consommable!

Comment j’utilise le bicarbonate de soude?

1. Je verse 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude sur le bout de mes doigts pour une aisselle

2. Je l’applique en tapotant sur toute la surface

3. Je réitère pour la deuxième aisselle

Et LA question : est-ce que je sens bon?

Ah oui! Et j’y tiens! Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais rien trouvé de plus efficace. 

Quelques informations importantes

› Achète du bicarbonate alimentaire fin (comme du sucre glace). La différence entre le bicarbonate alimentaire et le bicarbonate technique tient au degré de pureté de celui-ci. Pour l’ingérer ou l’appliquer sur son corps, il faut un bicarbonate pur, le bicarbonate alimentaire.

› Note que le bicarbonate n’a pas d’effet anti-transpirant (mais mince, c’est quand même naturel de transpirer). Il va empêcher la prolifération des bactéries qui sont les seules et uniques fautives en matière d’odeur.

› Je le conserve dans un pot à sucre glace en inox avec bouchon (cf, photo

Après m’être épilée les aisselles, j’applique de l’huile de coco de première pression à froid biologique et non désodorisée (celle que j’ai dans ma cuisine) à la place du bicarbonate. La peau étant plus sensible après l’épilation, le bicarbonate peut s’avérer irritant. L’huile de coco est antiseptique, elle fera à moindre échelle la job de déo!

› Et, n’oublie pas d’acheter ton bicarbonate de soude de préférence biologique, local et en vrac. Acheter biologique, local et en vrac, si ce n’est pas toujours possible pour quelques raisons que ce soit, tu peux essayer de remplir au moins un de ces critères : BIO, LOCAL ou EN VRAC.

Choisir un produit biologique, c’est soutenir un mode d’agriculture durable et sa santé.

Choisir un produit local, c’est soutenir l’économie locale et protéger l’environnement.

Choisir un produit en vrac, c’est protéger l’environnement en refusant de produire un nouveau déchet.

Si tu es dans la perdition pour trouver du bicarbonate de soude à usage cosmétique, achète-le sur le site Slow-cosmétique.comCeci est un lien affilié. Un immense merci pour ton soutien ♥︎ Pour en savoir plus sur la monétisation du blog et sur Slow-cosmétique.com, lis Soutenir le blog!

Les alternatives slow

Si j’ai adopté le bicarbonate de soude, j’entends que tu peux ne pas en être rendu ici! C’est bien correct! Il existe d’autres alternatives slow cosmétiques aux déodorants chimiques et nocifs : des prêts à l’usage (voir la boutique Slow Cosmétique) et des recettes DIY (la recette du blog Antigone XXI).

Sur la boutique slow-cosmetique.com, tu trouveras des marques qui ont reçues la mention slow cosmétique qui est un gage de qualité éthique et écologique.

« Cette Mention n’est pas un label, c’est une récompense remise par les bénévoles de l’Association Slow Cosmétique à des marques qui s’engagent pour une beauté plus écologique et moins trompeuse.

Pour chaque produit de chaque Marque, des bénévoles examinent la composition (les ingrédients), l’emballage et la publicité. Plus de 80 critères sont examinés ! Au final, si la Marque répond à la majorité des critères de la Charte Slow Cosmétique, elle reçoit la Mention, accompagnée d’une, deux ou trois étoiles. »

— Extrait de La mention Slow Cosmétique expliquée

Dans mon chemin vers la slow cosmétique, ce fut une de mes premières étapes! C’est donc approuvé par moi et puis mon entourage (qu’il fasse entendre sa voix maintenant ou se taise à jamais s’il y a quelque chose à dire de ce côté là!). Et puis, depuis un bout, je suis passée au No déo presque quotidiennement. 

∇∇∇


Pratiquer le no déo

Pourquoi je fais ça

Car pour moi, moins c’est définitivement mieux….

Le postulat de départ

Ne pas produire ou peu de déchets en amont! La peau est un émonctoire, c’est à dire un organe servant à éliminer. Pour ne pas à avoir à évacuer de déchets, il faut ne pas en consommer! Parce que notre odeur corporelle dépend de ce que notre peau a besoin d’éliminer, si tu manges sainement et que tu es zen, tu peux essayer le no déo!

Pour ma part, j’ai un régime alimentaire plutôt sain : beaucoup de légumes/fruits biologiques, peu de produits d’origine animale (y compris le lait), peu de gluten, peu de produits industriels.

Le no déo est devenu ma routine quasi quotidienne. Reste que quand je vais faire du sport, ou encore si je sais que je vais être soumise à un stress ou autre situation exceptionnelle qui aura un impact sur ma sudation, j’applique du bicarbonate de soude. 

Et LA question : est-ce que je sens bon?

Il y a des jours, aucune odeur. Et puis, certain jour une odeur discrète. Rien qui me dérange, encore moins autrui.

Des conseils pour une transition réussie

 Prends une douche quotidienne et après la pratique d’un sport

Lire Le no soap: se laver à l’eau vs savon

 Sèche-bien tes aisselles après la douche avec une serviette propre (je lave ma serviette une fois à toutes les semaines)

Privilégie les vêtements en coton ou en matière naturelle

→ Rappel : privilégie une bonne hygiène de vie exempte ou limitée en alcool, tabac, produit animaux, épices et caféine

En cas de problèmes d’hyper-sudationépile-toi les aisselles pour éviter la prolifération des bactéries.

Et surtout, cherche la cause du problème : le stress, les émotions, la fatigue, la douleur, un choc émotionnel, la peur, un effort d’attention, le diabète, la ménopause, l’adrénaline, la crainte de sudation et la production d’hormones nous font transpirer…


Mon passif avec le déodorant et la transpiration

La transpiration : le complexe de toute mon adolescence, entre autres, hein

Entre 15 et 20 ans, j’avais une transpiration plus qu’abondante. Une hyper-sudation des aisselles dûe au stress.

Un calvaire…

Un cercle vicieux : j’étais stressée donc je transpirais, j’avais des énormes auréoles sous les bras, donc j’étais stressée que ça se voit donc je transpirais encore plus…

Les conséquences étaient diverses :

  • Exclusion sociale : difficile pour moi d’affronter le regard des autres avec ces auréoles sous les bras
  • Brûlure de mes vêtements : se traduisant par l’apparition de tâches jaunes sur les vêtements au niveau des aisselles
  • Inconfort perpétuel : une sensation de mouillé… J’avais tout le temps froid de fait! J’étais dans la crispation permanente!

Bien décidé à mettre un terme à tout ça, j’ai cherché des solutions!

Tu ne vas pas être déçu des solutions que j’ai trouvé…

1/ La prescription par mon médecin d’un bêta-bloquant (un bêta-bloquant est un médicament utilisé en cardiologie qui bloque l’action des médiateurs du système adrénergique tels que l’adrénaline) pour réduire ma production de transpiration).

Tu te demandes toujours pourquoi aujourd’hui, j’ai un problème avec la médecine conventionnelle? Donner un bêta-bloquant pour un problème de transpiration? Un symptôme = un médicament.  Ça fait rouler l’industrie du médicament ça! Et pourquoi ne pas inviter à rechercher la cause du problème? Ça ne rapporte pas d’argent Marie, t’es gentille mais tu comprends pas vite!

Cela a réduit si peu ma transpiration que j’ai cherché encore un peu plus…

2/ L’achat d’un détranspirant spécialement conçu pour traiter les problèmes de transpiration excessive.

Les précautions d’emploi :

  • Lors des premières applications, l’efficacité du produit peut engendrer quelques irritations chez certaines personnes. Rincez alors la zone traitée à l’eau et utilisez un produit calmant dermatologique. Attendez le soir suivant pour reprendre le traitement, en diminuant la quantité de produit appliqué.
  • Si les irritations persistent, suspendez le traitement et consultez un médecin.
  • Il convient de noter que ce produit peut décolorer ou endommager certains textiles.

À cette lecture, on sent le côté un peu extrême du produit quand même, non? Et je précise que ce n’est pas « une irritation » mais une brûlure que je ressentais à l’application du produit.

Alors oui, cela fonctionnait mais à quel prix

Tout cela est pour moi, le reflet de la société de consommation : un symptôme = une solution par l’achat d’un médicament ou autres produits miracles!

J’ai arrêté tout ça vers l’âge de 20 ans, le fait de me sentir de mieux en mieux dans ma peau a fait que tout s’est régulé tout seul…


**

Adopter un slow déo ou pratiquer le no déo,  c’est encore une occasion de faire du bien à la planète, de respecter son corps et de faire de grosses économies!

Convaincu.e?

Comme d’habitude, si tu as une question, il me fera plaisir d’y répondre. Donc n’hésite pas à laisser un commentaire. 

↓↓↓↓

Lire maintenant Pourquoi je suis passée au bicarbonate pour me laver les dents?

Lire aussi Les indispensables: le bicarbonate de soude #2

Pour ne pas manquer les prochains articlesabonne-toi via courrielC’est tout en bas…

Et partage cet article sur les réseaux sociaux pour diffuser une information positive /bienveillante et aider les autres à trouver cet article!

Epingle cet article sur Pinterest ! 

Le slow déo et le no déo : mes alternatives aux déodorants conventionnels

Rendez-vous sur Hellocoton !

N’oublie pas!

↓↓

23 commentaires sur “Le slow déo et le no déo : mes alternatives aux déodorants conventionnels

  1. Bonjour, j’ai commencé depuis quelque mois à utiliser un déodorant naturel que je fais moi-même : gel aloé vera, bicarbonate de soude et quelques gouttes d’ HE palmarosa. J’ai été surprise au début qu’effectivement cela marche vraiment, et trés bien. Seulement au bout de quelques semaines j’ai eu des grosses plaques rouges aux aisselles qui démangeaient. J’ai vu sur le net que plusieurs personnes font des allergies au bicarbonate de soude. Je n’avais jamais eu cela avant, avec les déo conventionnels non bio!!!! Je suis trés déçue, alors j’ai rajouté du gel d’aloe vera pour que la proportion de bicarbonate soit moins importante. Je suis en période de test. Vous dites que vous avez de l’eczema etc n’avez vous jamais eu de soucis avec le bicarbonale? et par quoi pourrais-je le remplacer car je le trouve vraiment trés efficace. Merci par avance

    1. Bonjour Josiane, ce n’est pas le premier témoignage de la sorte que je reçois, le premier étant mon conjoint… je ferai une update prochainement sur cet article. Merci de me le rappeler avec votre commentaire. De mon côté et au vu des problèmes de peau que je rencontre depuis petite, j’ai fait la conclusion suivante : j’ai une alimentation saine et je travaille beaucoup sur mon stress ce qui fait que je ne suis pas « acide », enfin ma transpiration. J’ai le sentiment (et cela je suis en observation sur mon conjoint) que son stress, sa consommation importante de produits animaux et de sucre rend sa transpiration acide. Or, lorsqu’on mélange du vinaigre et du bicarbonate, cela fait une réaction chimique la même provoquée par la transpiration (je pense…) qui à mon avis sur la peau donne cette irritation. La solution que je préconise c’est d’une part de rétablir une peau saine en ne mettant plus rien durant un moment. D’adapter son mode de vie (alimentation plus saine, plus végé, moins de sucre… moins de stress) et de réessayer. Peut être en faisant une fois tous les deux jours. Par ailleurs, aujourd’hui, il ne m’apparait plus nécessaire de mettre systématiquement du déo (peut être commencer à intégrer le no déo). Enfin, il m’arrivait avant de mettre de l’huile de coco qui est anti-bactérienne, le résultat n’est pas aussi probant mais ça fait son effet. Petit bémol si vous transpirer beaucoup, l’huile peut tâcher les vêtements fragile. J’espère avoir répondu à votre question, laissez-moi savoir si vous avez d’autres interrogations, il me fera plaisir de vous répondre!

  2. Comment dire… C’est un orgasme cérébral pour une future naturopathe comme moi que de lire tes articles haha ! Je suis tellement d’accord, avec tout ce que tu dis, un médicament pour un symptôme… le pire ! Sachant qu’avant, les médicaments n’étaient autorisés QUE dans les hôpitaux, c’est pour dire…
    J’utilise encore du déo (bio, mais quand même…) alors je vais aussi passer au bicarbonate de soude, je n’ai jamais essayé ! De plus, j’ai remarqué, c’est assez fou, mais mon vice est d’aller encore parfois chez Starbucks pour prendre un chocolat chaud (le sucre, le sucre…) et les jours suivant je n’ai pas une bonne odeur qui se dégage de mes aisselles ! Eh oui… Tout agit sur tout !
    Pour mon dentifrice j’en mets de temps en temps dessus et je brosse mes dents avec de l’huile de coco et parfois avec une goutte HE de tea tree ! Super efficace et ça donne une sensation de fraîcheur !
    Merci pour tes articles, je suis en train de les dévorer depuis une heure <3

    1. Ah bah oui, j’imagine qu’en tant que future naturopathe (d’ailleurs, c’est une voie que j’aimerai explorer ;)), on se rejoint sur une bonne partie de tout cela! Pour le bicarbonate en déo, c’est top! Pour le dentifrice, il m’arrive aussi de le faire avec de l’huile de coco occasionnellement. Et d’ailleurs, je fais (normalement car ces derniers mois j’ai un peu lâché mais je vais reprendre) un bain de bouche à l’huile de sésame (bain de bouche ayurvedique) avant mon lavage de dents du matin, plein de vertus! Au plaisir d’échanger de nouveau avec toi!! 🙂

  3. LA solution MIRACLE ! Merci pour cette information, moi qui a un travail physique et donc qui transpire beaucoup, transpirer ne me déranger pas mais l’odeur si. J’ai arrêté de mettre du déo sa doit faire maintenant 3 ans et avec mon niveau travail ou je suis au contact de la clientèle c’est très moyen de sentir la transpiration alors je laissais mes bras baissés mais avec ta solution de mettre du bicarbonate de soude alimentaire ça va révolutionner mon quotidien et en plus sa laisse pas de trace sur les vêtement. Que demander de mieux ?

    1. Je suis tellement contente pour toi! Tu me feras un retour d’expérience, ça me fera plaisir. Tu verras, c’est vraiment incroyable comme ça ne laisse aucune odeur s’installer. Et puis, en fouinant un peu sur le blog, tu verras que tu peux aussi l’utiliser pour te laver les dents et encore plein d’autres choses! Bonne découverte et à bientôt!

  4. Bonjour Marie, j’ai découvert il y a peu ton blog et je trouve ta démarche super !! Je puise parmi tes idées et ton mode de vie. Je partage complètement tes aspirations et j’aime beaucoup ton approche mesurée et pragmatique du naturel et du minimalisme. Je m’approche du mode de vie qui est le tien et vis le même bonheur que toi à désencombrer petit à petit mon existence 🙂 Concernant le déo, ma routine s’est simplifiée progressivement : je n’ai jamais vraiment senti la transpiration mais à l’adolescence j’ai intégré que désormais pour faire comme les adultes les aisselles devaient être « désodorisées » chaque matin, alors j’appliquais un roll-on Yves Rocher (je me suis détournée de cette marque qui se marketise beaucoup trop, au détriment de la simplicité de ses valeurs d’origine) ou Vichy (je ne consomme plus de cosmétiques sophistiqués ou non bio). Il y a 2 ans j’ai testé un déodorant en poudre Lush (sauge et romarin en poudre parmi les ingrédients) qui fonctionne bien mais qui grise la peau et aurait tendance à jaunir les vêtements clairs moulants. Mais je l’ai toujours et l’applique de temps en temps sous des vêtements foncés (je l’ai conditionné dans une jolie petite salière récupérée chez mes grand-parents ^^). Je vais passer au bicarbonate avec joie 🙂 Au quotidien je suis passée progressivement, sans vraiment m’en rendre compte, au no déo. Je veille comme toi à m’alimenter sainement et je mène un gros travail sur moi (pour vivre plus légère, me départir de mes colères et contrariétés trop fréquentes et être vraiment plus agréable pour mon entourage). J’ai remarqué que mes colères me font suer hi hi et que le soin que je prends à mieux vivre, émotionnellement et relationnellement, va complètement dans le sens de mon mieux-être corporel.
    Merci beaucoup ! pour ton accompagnement, par ton blog, dans ma démarche de mieux-vivre 🙂

    1. Hilda, merci beaucoup pour ton témoignage. Ça me touche beaucoup que tu sois dans cette démarche, cela veut simplement dire que tu te veux du bien. Quand on passe au naturel, il y a des choses qui fonctionnent plus ou moins bien disons-le! Le bicarbonate en déo, c’est vraiment d’une telle efficacité que je ne comprends pas aujourd’hui qu’on puisse utiliser autre chose (sans vouloir paraître extrême). En tout cas merci pour ton message d’encouragement! Bienvenue sur le blog, à très bientôt et très bonnes démarches à toi!

  5. Merci pour ton article Marie! Je fais moi-même mon déodorant avec des ingrédients naturels et il y a des jours où j’oublie d’en porter et c’est loin d’être la fin du monde^^ Moi aussi je transpirais pas mal plus jeune (avec les odeurs qui vont avec^^) et, bizarrement (ou non), mon passage au naturel + véganisme a largement contribué à la diminution radicale de ma transpiration!
    Aujourd’hui, il m’arrive de transpirer un lorsque je marche trop vite (parce que je suis souvent en retard^^) ou que je stresse un peu voire de transpirer plus l’été, mais clairement, c’est le jour et la nuit avec les années précédant ma transition!

    1. Je te rejoins tout à fait Héloïse, mon changement radical d’alimentation y est pour beaucoup! Alors avec le véganisme, je suis convaincue que c’est le must. C’est tellement bon de se sentir libérée de toutes ces choses!! Vive le naturel et le minimalisme 🙂

Répondre à thewildbeauty Annuler la réponse.